Innovmedias Le Blog des Innovations et Nouveaux Médias Wed, 15 Sep 2010 15:24:08 +0000 http://wordpress.org/?v=2.9.1 en hourly 1 Nespresso, un règne convoité et âprement défendu /nespresso-un-regne-convoite-et-aprement-defendu-12196 /nespresso-un-regne-convoite-et-aprement-defendu-12196#comments Tue, 14 Sep 2010 10:03:08 +0000 Cédric /?p=196

Cela fait maintenant plus de 10 ans que Nespresso connait son succès avec ses capsules. Le positionnement marketing autour d’un café haut de gamme a su séduire tout un pan de la population, la marque vendant aujourd’hui 6 à 7 milliards de capsules par an dans le monde.

Nespresso a mis en avant dans sa communication différents leviers qui ont su trouver leurs cibles, et barrer le chemin aux concurrents :

- Un café facile à préparer avec le système de dosette

- Un café avec du goût, et une offre large de différent goûts pour que chacun fasse son choix

- Un positionnement haut de gamme, avec un réseau de distribution physique organisé comme des boutiques de luxe (Publicité avec des stars hollywodiennes, dégustation de café lors de la commande, boutiques dans des quartiers huppés, discours soutenu des vendeurs aux clients, …)

Sans oublier la règle d’or de l’innovation positionnée haut de gamme, à l’image d’Apple et ses innovations : le format propriétaire et exclusif mis en place par Nespresso qui a posé des barrières à l’entrée de ce marché très dissuasives …

Mais cette année, après de nombreuses années de règne sans partage (ou presque), des concurrents sérieux arrivent sur le marché : l’or Espresso et Maison du café qui vendent des caspules compatibles avec les machines Nespresso.

En dehors de la guerre des brevets, quelle stratégie met en place Nespresso pour se défendre ?

J’ai eu l’occasion d’échanger avec un expert de chez Nespresso lors d’une soirée organisée par la marque, celle-ci souhaite vraiment se différencier par le goût : pour cela en plus des différents parfums qu’elle propose aujourd’hui, elle va sortir une nouvelle série limitée ces jours ci, avec des arômes assez forts, afin de continuer à dynamiser sa largeur de gamme (baptisés « Grands crus »).

A l’occasion de cet échange, j’ai par ailleurs aussi appris que l’on pouvais déguster le café comme l’on déguste un vin : Observation de la couleur de la mousse du café, puis 1er nez, 2ème nez, test en bouche… et nous pouvons y retrouver de nombreux arômes identiques au vin…. Surprenant, à essayer chez vous !

Pour en revenir à notre guerre des capsules « Nespresso-like », on observe aussi de la part de la marque leader une augmentation de la mise en avant de « L’univers Nespresso » : les ensembles de tasses / verres positionnés sobres et chic, une refonte design des machines (cf photo de l’article), la vente de chocolats pour accompagner le café avec diverses parfums …

Alors Nespresso ou capsules concurrentes ?

Difficile de juger juste sur la communication, mais il est probable que celui qui fournira les capsules avec le plus de goût(s), dans un écart de prix raisonnable, fera la différence… alors à vos tests!

De Innovmedias

]]>
/nespresso-un-regne-convoite-et-aprement-defendu-12196/feed 0
Fausse manip /fausse-manip-12193 /fausse-manip-12193#comments Fri, 03 Sep 2010 09:46:19 +0000 Cédric /?p=193 Aïe ! Une fausse manipulation informatique et l’historique des articles sur le blog a été tout chamboulé, voir une partie effacée …

Ne vous fiez donc pas forcément à l’historique du blog, le temps que je répare mes bêtises …. !

A très bientôt sur Innovmedias

De innovmedias

]]>
/fausse-manip-12193/feed 0
Carrefour taggue 2D ses produits /carrefour-taggue-2d-ses-produits-12179 /carrefour-taggue-2d-ses-produits-12179#comments Tue, 30 Mar 2010 21:18:24 +0000 Cédric /?p=179

S’il est aujourd’hui des marchés sur lesquels nous pouvons parier une forte croissance à court terme, celui de la relation client multi-canal en est un.

Dernière innovation multi-canal utilisée par un des leaders de la distribution, Carrefour : la lecture de codes barres “2D” à l’aide son téléphone mobile.

Plus concrètement, Carrefour proposé à ses prospects et clients qui disposent de son catalogue papier d’avoir facilement plus d’informations sur certains produits grâce à un  lien automatique vers une page Web Mobile.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Carrefour s’appuie sur une innovation télécoms qui existe depuis plusieurs années, mais ne s’est pas encore aujourd’hui démocratisée notamment liée au manque de standard de marché, le code barre 2D.

Il s’agit d’un code barre en forme de carré dont les informations sont écrites aussi bien à l’horizontal qu’a la verticale, à l’inverse du code barre classique, le “EAN 13”

Comparaison d’un code barre “EAN 13” :

Avec un code barre “2D” :

Dans son dernier catalogue, Carrefour a ainsi affiché des codes barres 2D à côté de certains produits et invite ses lecteurs à télécharger l’application mobile qui permet de lire ses tag. Le fonctionnement de l’application est simple, il suffit de prendre en photo le code barre, et le mobile affiche automatique la page Web associée.

Mode d’emploi affiché par Carrefour :


Quel futur pour cette d’innovation ?

Il est certain que nous sommes aux prémisses du code barre 2D et de ce type de relation client multi-canal. De nombreuses sociétés ont déjà fait des pilotes, comme récemment la RATP (expérience décrite sur ce blog).

Cependant depuis quelques années cette innovation décolle très (trop) doucement, notamment pour 2 raisons :

Premièrement peu de personnes ont aujourd’hui des lecteurs de codes barres installés sur leur mobile. Elles n’ont donc pas le réflexe de remarquer et prendre en photos les codes barres 2D. Quelques pistes de solutions:

- Embarquer les solutions de lecteur de code barre sur les mobiles dès la fabrication (cas de certains Nokia comme le N95)

- Utiliser les magasins d’applications mobile et communiquer fortement sur une application standard pour la conserver dans les TOP 10/15/25 des applis et susciter la curiosité

- Mettre en place un service simple, pratique et universel pour déclencher une cascade d’installations de l’application. Selon moi, une application prometteuse sur ce sujet : l’utilisation de codes barres 2D sur les cartes de visites. Une photo de la carte de visite ajoutant automatiquement les données de la carte de visite à votre répertoire de contacts mobile. Quelques sociétés au compte gouttes l’utilisent …

Deuxièmement le modèle économique des applications autour du code barre 2D n’est aujourd’hui pas clairement défini ni rentable.Je pense que les développements des micro-paiements/paiement sur mobile peuvent être une voie à suivre pour monétiser le code barre 2D. Ainsi l’utilisation d’une solution comme la récente MPME pourrait permettre à un utilisateur d’acheter un objet en ligne, uniquement en prenant en photo son code barre 2D.

Et vous, allez vous télécharger une application de code barre 2D ?

De innovmedias

]]>
/carrefour-taggue-2d-ses-produits-12179/feed 0
Sur Twitter, découvrez facilement l’appréciation de vos marques et produits /sur-twitter-decouvrez-facilement-lappreciation-de-vos-marques-et-produits-12169 /sur-twitter-decouvrez-facilement-lappreciation-de-vos-marques-et-produits-12169#comments Thu, 25 Mar 2010 23:27:30 +0000 Cédric /?p=169

Inscrits sur Twitter depuis peu, je découvre progressivement avec amusement toutes les solutions innovantes qui sont offertes autour d’un “simple” service qui permet d’échanger des messages de 140 caractères …

De nombreux Internautes ont en effet senti la bonne affaire et ont mis en place des outils, souvent destinés aux entreprises, pour utiliser au mieux Twitter. La dernière découverte que j’ai faite concerne les outils qui analysent automatiquement l’appréciation générale qui est faite de votre marque ou de votre produit.

Ces outils s’appellent notamment Twitrrar , TweetFeel , TwitterSentiment ou Twendz.

Leur fonctionnement est aussi simple qu’indispensable pour tout entreprise qui souhaite simplement et sans investir de temps faire de la veille sur Twitter:


- Ils recherchent sur Twitter tous les Tweets qui contiennent le mot clé que vous avez spécifié (le nom d’une marque, d’un produit, d’une publicité, ..)

- Ils analysent ensuite le champ sémantique des Tweets afin de définir s’ils sont positifs ou négatifs.

- Ils agrègent les résultats et les présentent dans une forme graphique simple

Pour ma part, j’ai une petite préférence pour Twitrratr et TwitterSentiment. Le premier pour la recherche que je trouve plus précise et le deuxième pour la représentation graphique qui a le mérite d’être claire. Twendz permet d’aller dans des rapports plus détaillés mais demande un temps de compréhension de l’outil plus long…

Bien sur, des erreurs sont possibles dues à des tournures ambigües de phrase, à des tweet exprimant du positif et du négatif ou à l’utilisation d’une langue étrangère.  Mais ces outils permettent d’avoir quand même un aperçu assez fiable, donc indispensable pour toute TPE / PME qui n’a pas les moyens financiers pour effectuer ou acheter des études de marché plus traditionnelles.

Bonnes recherches sur les « sentiments » qu’inspirent vos produits et vos marques!

De Innovmedias

]]>
/sur-twitter-decouvrez-facilement-lappreciation-de-vos-marques-et-produits-12169/feed 0
Avec l’Apps Market Place, Google démultiplie ses services innovants /avec-lapps-market-place-google-demultiplie-ses-services-innovants-12157 /avec-lapps-market-place-google-demultiplie-ses-services-innovants-12157#comments Sun, 21 Mar 2010 18:50:36 +0000 Cédric /?p=157
  • La recherche en mobilité avec Google Goggles
  • Google AdSense ClickToCall: à utiliser avec prudence par les PMEs
  • ]]>

    Le 9 mars, Google a annoncé officiellement le lancement d’un nouveau service dédié à ses clients de Google Apps, l’Apps Market Place.

    Mais plutôt qu’un simple nouveau service, il s’agit d’un véritable levier  que vient d’actionner Google. Celui-ci  va lui permettre de démultiplier les services innovants proposés par son service Google Apps. L’Apps Market Place est en effet une plate forme de service, à l’image de l’AppStore d’Apple ou du BlackBerry AdWorld.


    Le fonctionnement de cette nouvelle “Place du Marché” est simple :

    - les développeurs développent et proposent des applications destinées à être publiées sur le MarketPlace, payantes ou non

    - Google valide les applications

    - Quel que soit le prix de l’application, le modèle économique est le suivant : 100€ pour le ticket d’entrée, et 20% de reversement du Chiffre d’affaire de l’Appli à Google.

    Celà ne vous rappelle pas quelque chose ? L’appstore de l’iPhone bien sur ! Avec un process similaire, un ticket d’entrée à 99$ et 30% reversé sur le CA à Apple on ne peut pas dire que Google ait joué sur l’originalité.



    Avec cette nouvelle Plate Forme Google va faire coup double :


    Il va tout d’abord pouvoir attirer de nombreux nouveaux utilisateurs sur son service, en ne proposant plus uniquement une dizaine d’outils intégrés mais des centaines de services professionnels .

    Pour illustrer la variété des services qui figurent dans l’Apps Market Place, voici quelques outils classés dans le top du classement:

    - des outils de CRM comme Capsule (12$/user/mois)

    - des outils de gestion de projet comme Manymoon (gratuit)

    - des outils de gestion de Workflow comme RunMyProcess (30€/user/an)

    - des outils pour organiser des déplacements professionnels comme TripIt (Gratuit)


    Cette innovation va permettre ensuite à Google d’accélérer par rapport à la concurrence tout en venant s’installer dans une partie du jardin de Microsoft :

    - En permettant aux outils de s’appuyer sur le calendrier, l’email, les documents et les contacts, Google peut ainsi permettre aux éditeurs tiers d’offrir des outils intégrés. Hors cette intégration est justement une des forces de Microsoft et un de ses arguments différenciant, notamment à travers sa suite Microsoft Dynamics (CRM, Logistique, Gestion financière, …)

    - En offrant des outils online, et en mettant en concurrence sur le portail des centaines d’éditeurs, les prix affichés sont bien inférieurs à ceux des outils spécialisés dans leur domaine.


    Que du bonheur ?

    Que du bonheur oui, mais à condition de savoir où on met les pieds :

    - Il ne faut pas s’attendre à des miracles lorsqu’on bénéficie de solutions peu chères ou gratuites. Et pire, il faut même s’en méfier en tant qu’entreprise:

    Un particulier achetant une application sur l’Appstore 5€ qui comporte des dysfonctionnement ou qui ne lui convient plus à court terme perd … 5€

    En comparaison une entreprise achetant une application 50€ sur l’Apps Market Place (ex : de CRM) qui ne lui convient pas ou qui dysfonctionne à court terme risque de perdre : sa base de clients, des mois d’activités, de la satisfaction client, … la perte n’est plus la même !

    - Mettre tous ses œufs dans le même panier en confiant le traitement de toutes ses données à Google (Contacts, Documents, Clients, …), impose une confiance absolue et la certitude que son métier va peu évoluer

    - Ces solutions “dans les nuages” ont comme faiblesse d’être peu personnalisables(versus les outils d’entreprise traditionnels) … lorsque l’entreprise est petite ce sont les utilisateurs qui s’adaptent à l’outil mais à partir d’une taille critique attention à la perte d’efficacité!


    Vous êtes entrepreneur et vous avez utilisé des outils de l’Apps Market Place: qu’en pensez vous  ?


    De Innovmedias

    Ces articles peuvent aussi vous intérresser:

    1. La recherche en mobilité avec Google Goggles
    2. Google AdSense ClickToCall: à utiliser avec prudence par les PMEs

    ]]>
    /avec-lapps-market-place-google-demultiplie-ses-services-innovants-12157/feed 0
    La réalité augmentée en 4 usages /la-realite-augmentee-en-usages-12135 /la-realite-augmentee-en-usages-12135#comments Wed, 17 Mar 2010 23:01:00 +0000 Cédric /?p=135 On entend aujourd’hui parler de la “réalité augmentée” à tous les coins de rue de la blogosphère, c’est le nouveau phénomène à la mode entre 2 sorties d’iPad ou de Nexus One … mais que se cache-t-il réellement derrière ce nouveau concept ?

    Tour rapide des innovations majeures derrière ce concept, à travers 4 usages passés et futurs:

    -La réalité augmentée a tout d’abord été “Spectacle”. Elle s’est faite connaître lors de conférences ou de salons dans lesquelles les présentateurs souhaitaient se démarquer par le côté High Tech de leur présentation. Par un jeu de caméras fixes et d’écran, le public peut voir l’animateur au sein d’un décors virtuel ou manipulant des objets virtuels. Le public regarde l’animateur sur un écran géant, ou figurent l’image filmé ajoutées à des éléments totalement virtuels. Ainsi les fabricants de voitures peuvent par exemple présenter leurs voitures en 3D sur scène, les promoteurs peuvent présenter leurs projets immobilier en 3D, … . Pour illustrer voici un exemple de ce que de ce qui a été réalisé par un des leaders du secteur, la société Total Immersion:


    L’avantage de cet usage est le positionnement innovant d’une présentation, ainsi que la facilité à présenter un produit qui pourrait dans des conditions réels l’être difficilement, comme l’exemple vidéo ci dessus. L’inconvénient est que cela nécessite du matériel video évolué et un des moteurs de calculs complexes car l’image doit être haute définition. Il s’agit donc d’une solution coûteuse et réservée aujourd’hui à un petit nombreuse d’entreprises.

    - Puis la réalité augmentée est devenue “Guide Géographique” et a connu un bond avec le développement des caméras sur les téléphones mobiles. Les créateurs d’applications ont alors mutualisé la caméra, la puce GPS ainsi que potentiellement la boussole dans les mobiles pour développer des services totalement innovant. Ceux ci permettent de voir apparaître en superposition avec la réalité des informations virtuelles associées à la position géographique de l’utilisateur. Ces applications sont principalement soit des outils de géocalisation et d’information sur les commerces, monuments, infos pratiques comme le prix au m² de l’immobilier, … Elles peuvent aussi être des jeux dans lequels ils faut trouver des objets virtuels au sein d’une ville. Ci dessous une vidéo d’une application iphone aidant à trouver la station de métro la plus proche :

    L’avantage de cet usage est qu’il a démocratisé la réalité augmentée car l’a rendu accessible à tous les possesseurs d’un smartphone récent en un click. De plus ce nouveau service n’avait pas d’équivalent. L’inconvénient est le côté encore un peu gagdet, et notons de plus qu’il est délicat (voir risible …!) de se déplacer avec le téléphone à la verticale au niveau des yeux afin que la caméra filme la rue…

    - La réalité augmentée se positionne aussi en “outil de vente”. Un des usages les plus prometteurs de la réalité augmentée est en effet dans le commerce.  Grâce à cette technologie, les clients peuvent essayer certains produits e-commerce chez eux. Dans le cas de meubles, ils peuvent visualiser leurs intégrations dans leur appartement ou maison. Dans le cas de vêtements ils peuvent l’essayer sur eux. Pour utiliser ce service, gratuit dans la grande majorité des cas, cela ne nécessite qu’une WebCam. L’application Web restitue sur l’écran de l’ordinateur l’image filmée par la Webcam avec des éléments virtuels superposés, comme le montre la vidéo ci dessous :

    Cette usage fait petit à petit  son chemin, mais j’ai le sentiment qu’il sera incontournable demain pour tout site e-commerce de proposer ce service. A noter que sur le même fonctionnement des entreprises développent des codes barres ou symboles à présenter devant la WebCam qui affiche des objets virtuels exotiques, mais ceci n’a à mon sens qu’une valeur de buzz marketing de courte durée (exemple : les animaux du futurs du Futuroscope)

    - Enfin un dernier usage est en train d’émerger, “l’identité augmentée”. Ce nouveau service s’appui sur une caméra embarquée sur un mobile, une base de données de personnes et de leurs photos et d’un logiciel de reconnaissance faciale. Lorsque la caméra est pointée sur quelqu’un, l’outil va alors reconnaître la personne et superposer sur l’écran du mobile de nombreuses informations sur la personne. L’outil a ainsi un rôle d’aide mémoire pour reconnaitre la personne et d’encyclopédie Internet pour prendre immédiatement connaissance de sa réputation numérique. Ci dessous l’exemple de l’application Recognizr :

    Ce dernier usage semble prometteur, cependant de nombreux obstacles risquent aujourd’hui de tuer cette innovation dans l’œuf : tout d’abord des obstacles juridiques liés à la possession et le partage de données personnelles, et aussi des obstacles culturels liés au fait que les personnes ne souhaiteront peut être pas être facilement reconnues. A suivre..

    De Innovmedias

    ]]>
    /la-realite-augmentee-en-usages-12135/feed 0
    MaListeDeCourses facilite les courses et propose des bons plans /malistedecourses-facilite-les-courses-et-propose-des-bons-plans-12116 /malistedecourses-facilite-les-courses-et-propose-des-bons-plans-12116#comments Fri, 26 Feb 2010 17:19:17 +0000 Cédric /?p=116

    Parmi toutes les start-up Web qui se créent, MaListedeCourses.Net propose une innovation marketing intéressante : un parcours client multi-canal, Web/Distribution Physique, facilitant la préparation des courses et permettant de bénéficier de bons de réductions simplement en grande distribution.

    Le fonctionnement du site est simple : Je prépare mes courses à l’avance sur Internet, puis j’imprime ma liste et je vais en magasin.  Sous cet angle là rien de bien novateur, ce type de services existe déjà depuis quelques années.


    Les points différenciants et pratiques du service sont:

    - L’internaute navigue dans un magasin virtuel de 2000 produits parmi lesquels il construit sa liste de course

    - Le site met en avant les bons de bons réductions correspondants au “rayon” du magasin virtuel dans lequel se trouve l’internaute. D’un simple click sur le bon de réduction dans la liste de course, celui-ci s’ajoute dans la liste

    - la possibilité d’ajouter des recettes toutes faites proposées par des marques, et accompagnées de bon de réduction sur le produit de la marque présent dans la recette

    - Lors de l’impression de la liste de course les bons de réductions s’impriment automatiquement (en fonction de l’enseigne de distribution), il ne reste plus qu’à les présenter en caisse !


    Ce site récent (2008) a déjà été primé : élu récemment “Meilleure stratégie multicanal d’acquisition” au E-Marketing Awards 2010, comme l’indique le blog de L’univers de l’e-mail Marketing . Deux ans plus tôt, l’idée était aussi médaillée d’or au Concours Lépine 2008.


    On notera enfin que malgré la pléthore de services autour de la préparation de sa liste de courses, l’originalité du service semble payante puisque MaListeDeCourses.Net communique avoir déjà 700 000 consommateurs inscrits au service.


    Mais la question qui me reste en suspend est :  Même intéressés, serez vous suffisamment organisé(e)s pour utiliser systématiquement ce type de service avant d’aller faire vos courses ?


    De Innovmedias

    ]]>
    /malistedecourses-facilite-les-courses-et-propose-des-bons-plans-12116/feed 1
    La Box E-Commerce de La Poste pour créer votre 1er site Pro /la-box-e-commerce-de-la-poste-pour-creer-votre-1er-site-12105 /la-box-e-commerce-de-la-poste-pour-creer-votre-1er-site-12105#comments Tue, 23 Feb 2010 18:25:35 +0000 Cédric /?p=105

    Vous êtes jeune entrepreneur ? Ou bien à la tête d’une TPE/PME et vous souhaitez développer votre business en publiant une vitrine de votre activité sur le Web, voir y développer un canal de vente supplémentaire ?

    Vous êtes alors dans la cible de la solution Box E-Commerce, lancée par la Poste fin septembre 2009.

    Devant la dématérialisation massive, Le Groupe La Poste cherche des relais de croissance, et propose donc une nouvelle offre lui permettant d’obtenir une part du gâteau de l’e-commerce: la Box E-Commerce. Rappelons qu’en 2009, nous comptions 24,4 millions d’acheteurs en ligne soit 2,1 millions de cyberacheteurs supplémentaires en un an (chiffres FEVAD)

    Contenu de la Box E-Commerce :

    Le service, en partenariat avec plusieurs acteurs Web majeurs des solutions e-commerce (à l’exemple de PayPal), propose 2 solutions : l’offre “vitrine” et l’offre “boutique” facturés respectivement 16,90€ HT/mois et 39,90€HT/mois.

    Les offres comprennent notamment:


    - La possibilité de mettre des pages en lignes, à l’aide d’un outil de création et de design de pages pré-conçues

    - L’activation automatique de leviers SEO comme l’indexation auto sur Google, le Sitemap automatique,.. De plus le nouvel abonné a accès à des prix “découvertes” de partenaires : 50 € de coupons Adwords offerts, 150€ de clics offerts sur Shopping.com, 3000 clics offerts sur Kelkoo, …

    - Des outils de communications multi-canaux : la mise en place auto de flux RSS, la création de timbres personnalisés, la possibilité de créer des flyers en ligne et de les faire distribuer par La Poste, …

    - Des possibilités de paiement en ligne à l’aide notamment de PayPal et de La Banque Postale

    L’offre “Boutique” permet en plus de :

    - Gérer facilement depuis son site les commandes et les factures

    - Disposer pour les livraisons de passerelles vers les offres Colissimo Entreprises et Chronopost

    Qu’apporte la Box E-Commerce de plus dans la création de sites Pro ?

    L’offre est particulièrement novatrice:

    - Par son modèle tarifaire : la proposition de location de sites Web “tout compris” aux professionels pour effectuer leurs activités. Elle peut ainsi proposer des tarifs très en deça des prix de marché pour ce type de site.

    - Par la capitalisation sur son métier historique de Messagerie, sur son métier Bancaire avec la Banque Postale ainsi que sur ses partenariats avec des acteurs majeurs du Web. Elle peut ainsi proposer une solution e-commerce globale à un petit prix: du SEO jusqu’a la livraison de la commande, en passant par la présentation des produits et la gestion des commandes. Tout cela “pour le prix d’une connexion Internet” (Communication La Poste)

    Les faiblesses de l’offre :

    Toute très bonne affaire financière cache bien évidemment des faiblesses :

    - Le principe d’abonnement mensuel doit être sérieusement évalué dans un business plan pour les jeunes entrepreneurs: celui ci induit des coûts récurrents obligatoires, puisque une suspension des paiements entrainerai la disparition totale du site sur le Internet … dramatique pour une entreprise qui ferai une partie importante de son business en e-commerce!

    - En cas de volonté de développer des fonctionnalités non présentes dans la Box LaPoste, et donc nécessitant la création d’un site hors de l’offre, il n’y a à priori pas de possibilité de récupérer des éléments de son ancien site Internet LaPoste. Tout ce qui a été investi est donc perdu.

    - L’automatisation de la conception du site, et le fait de laisser totalement la main à l’entrepreneur (versus une agence) peut faire courir à la catastrophe quelqu’un qui n’a aucune connaissance dans le domaine de la relation client dématérialisée. Optimiser un parcours client Web, fidéliser un client Web, respecter la loi Chatel… cela ne s’improvise pas ! A noter que La Poste propose un service de consulting mais à un coût de 100€ les 90 min.

    - Dernier point mineur, mais à connaître : l’offre ne comprends pas l’achat d’un nom de domaine, mais la réservation d’un sous domaine du type : domain.surinternet.com

    En synthèse, pour un entrepreneur qui aura accepté les risques sous jacents de  l’offre: la Box Ecommerce de LaPoste représente une formidable opportunité pour lancer sa présence sur le Web et y développer ses ventes, de façon non chronophage pour son activité et ne demandant pas un investissement important au départ.

    Si vous êtes entrepreneurs et avez utilisé ce service, n’hésitez pas à en faire un retour dans les commentaires.

    De Innovmedias

    ]]>
    /la-box-e-commerce-de-la-poste-pour-creer-votre-1er-site-12105/feed 2
    AppsFire utilise le succès de l’Apple AppStore IPhone /appsfire-utilise-le-succes-de-lapple-appstore-iphone-1289 /appsfire-utilise-le-succes-de-lapple-appstore-iphone-1289#comments Fri, 19 Feb 2010 17:36:39 +0000 Cédric /?p=89

    AppsFire est le type de service à fort potentiel, car ciblé sur un nouveau besoin en expansion, qui n’existait pas il y 2 ans: échanger la liste des ses applications iPhone.

    En effet avec plus de 120 000 applications disponibles, les possesseurs d’iPhone peuvent légitimement se sentir un peu perdu … et plus l’AppStore aura du succès plus AppsFire sera légitime !

    Possesseurs d’Iphone, ce service s’adresse en effet à vous si vous vous reconnaissez dans au moins un des 3 comportements suivants :

    -Vous possédez déjà de nombreuses applications et pourtant vous ne pouvez vous empêcher d’aller régulièrement faire un tour dans l’Appstore pour trouver de nouvelles pépites

    - Lorsque vous rencontrez une de vos connaissances équipée elle aussi d’un iPhone, vous lui demandez systématiquement quelles sont ses applications du moment et lui présentez les vôtres

    - Vous effectuez une veille permanente sur les sites Web, forums et autres blogs afin de prendre connaissance de toutes les nouvelles applications iPhone qui pourraient être intéressantes

    Que propose concrètement AppsFire ?


    Ce service inventé par Ouriel Ohayon et Yann Lechelle propose 3 grandes fonctionnalités :

    - Une page Internet qui offre la possibilité de consulter facilement et visuellement les applications possédés par des “VIP”, qui peuvent être par exemple des Blogueurs Web connus. Le click sur une application amène automatiquement sur l’AppleStore à la page adéquate pour la télécharger. Ci dessous l’illustration de cette page :

    - L’application  PC ou Mac gratuite, qui scanne le contenu de votre iPhone et vous permet de le publier à votre communauté par Twitter, Facebook, mail, lien URL … Ces publications communautaires gardent la même facilité de téléchargement en 1 click. A noter que l’application AppsFire existe aussi sur l’IPhone.

    - Enfin la possibilité pour les personnes publiant du contenu sur le Web d’utiliser le Widget AppsFire. Celui-ci affiche sur votre blog/site Web la liste de vos applications ainsi que le prix total de ces applis. Ce contenu est aussi dynamique pour rediriger sur l’AppStore. Le billet de Benoit Descary sur AppsFire en montre un exemple

    Pour résumer, si je devais retenir 3 points forts de leur service : une ergonomie agréable, une facilité à faire le lien entre l’affichage des applications et le téléchargement dans l’iPhone, et la dimension communautaire.

    Mais le service est-il rentable ?

    Les créateurs de ce service ont a priori un modèle économique basé sur des commissions lors des téléchargements d’applications qui proviennent d’AppsFire. Mais ils affirment avoir plusieurs autres “idées marketing” en tête pour augmenter sa rentabilité et semblent très actifs sur le blog officiel d’AppsFire

    Signe de bon augure pour ce nouveaux service, le journal Les échos a annoncé début février l’entrée au capital de Marc Simoncini (fondateur de Meetic), avec Xavier Niel (le fondateur de Free), Jacques-Antoine Granjon (Vente-privee.com) et Jean-David Blanc (Allo Ciné)….

    Alors, prêt à ne plus pouvoir vous en passer ?

    De Innovmedias

    ]]>
    /appsfire-utilise-le-succes-de-lapple-appstore-iphone-1289/feed 2
    Google AdSense ClickToCall: à utiliser avec prudence par les PMEs /google-adsense-clicktocall-a-utiliser-avec-prudence-par-les-pmes-1275 /google-adsense-clicktocall-a-utiliser-avec-prudence-par-les-pmes-1275#comments Mon, 15 Feb 2010 19:56:13 +0000 Cédric /?p=75
  • Avec l’Apps Market Place, Google démultiplie ses services innovants
  • ]]>

    Google a annoncé ce début d’année le lancement d’une fonctionnalité supplémentaire liée à ses publicités AdWords/AdSense (Annonceurs/Diffuseurs) : le « Click To Call ». Après une rapide revue du buzz sur Internet sur les différents médias blog, twitter et autres, beaucoup sont unanimes:  Google a lancé une véritable innovation avec son click to call, qui va améliorer la vie des entreprises et des utilisateurs … ce n’est pas l’idée que je m’en fais !



    Posons les bases: qu’est ce que ce nouveau service ?

    Depuis son insertion dans le monde de la publicité en 2000, Google a peu fait évoluer ses services de publicités, s’appuyant sur son service différenciant adWords/adSense. Celui-ci a eu la principale vertu de permettre très facilement et à moindre frais aux annonceurs et aux diffuseurs d’entrer sur le marché de la publicité Online.

    La nouveauté de adSense Click To Call est d’accompagner la publicité d’un numéro de téléphone, qui permet de faire un lien entre une relation dématérialisée Web et une relation téléphonique interactive par un simple click

    Ce service est accessible depuis le navigateur Web d’un téléphone mobile. Selon Google, les numéros pourront de plus être affichés en fonction de la géolocalisation du mobile. Ainsi, lors du click sur une publicité “adSense ClickToCall”, le téléphone mobile compose directement le numéro de l’annonceur.


    Le Click To Call, une innovation Google ?

    Non.

    Le Click To Call est un mécanisme qui existe depuis plusieurs années et que nombre de sites Internet utilisent, et fournisseurs de services proposent (ex : eStara, Orange, …). Le principe est légèrement différent de Google : vous rentrez votre numéro de téléphone et la société vous rappelle. On trouve un exemple sur le site de l’assurance GMF .

    Ce service arrivant aujourd’hui à maturité, des dérivés apparaissent et sont promis à un bel avenir, comme le Click To Chat qui permet en 1 click d’échanger par chat avec un interlocuteur. (ex : Assistance de l’opérateur Free)

    La différenciation de Google est, ajouté au fait que le client compose le numéro et non l’inverse, de diffuser plus largement le numéro d’appel à l’aide de publicités hors du site de l’annonceur … mais est ce réellement un avantage pour celui-ci de voir son numéro éparpillé sur Internet ? Pas forcément, comme cela est détaillé ci dessous.


    Alors, le Click To Call Google solution miracle apportant de nouveaux revenus à l’entreprise ?

    Non… du moins pas pour les PMEs, qui sont pourtant selon moi dans le coeur de cible d’adSense.

    La force des publicités adSense est en effet d’avoir démocratisé la pub Online. Elles ont permis notamment aux TPEs et PMEs de réaliser leurs annonces sur Internet simplement, pour un coût financier raisonnable et maîtrisé, et sans passer pas une agence de communication ou avoir à acquérir en interne les compétences adéquates.

    Or la mise en place d’un Click To Call est une rupture avec cette simplicité, car elle nécessite généralement la mise en place d’une organisation complexe et coûteuse au sein de l’entreprise. Si orienter une centaine de personnes vers son site Internet n’a aucun impact pour une PME, les orienter vers un poste téléphonique si. Cela implique :

    - la capacité à gérer une file d’attente d’appelants, et la redistribution des appels aux bonnes personnes. Il existe des outils télécoms dédiés (ACD, SVI, …) mais cela a un coût ..

    - la capacité à avoir un temps d’attente faible, afin de ne pas créer un effet déceptif lors du premier contact d’un prospect avec l’entreprise. Cela implique d’avoir une gestion des ressources humaines spécifique pour adapter la disponibilité des interlocuteurs de l’entreprise aux pics d’appels, mais aussi leurs rentabilités en période creuse

    - la formation des interlocuteurs téléphoniques, afin de rentabiliser les investissements cités ci dessus, et ceci notamment en ayant un taux de transformation client par prospects optimal.

    Bien évidemment il existe la possibilité de déléguer à un centre d’appel externalisé la réception des appels, mais cela nécessite aussi un investissement financier et humain non négligeable pour encadre la relation commerciale et la formation des conseillers, sous peine de proposer un contact dégradé à ses prospects.



    Alors adSense ClickToCall est-il un coup dans l’eau ?

    Non plus, pour 2 raisons :

    - Les entreprises disposant déjà d’une gestion d’appels téléphoniques verront dans ce service une opportunité de diffuser plus largement leur numéro d’appel . A noter que leurs taux de transformations habituels risquent de baisser, et certains clients qui auraient acheté uniquement par le Web passeront par le canal téléphonique. En résumé, elle élargiront leurs communications Web mais verront le ROI de leur centre d’appels baisser.

    - Si la géocalisation des numéros se confirme très précise, une TPE/un artisan pourrait être contacté par les habitants du quartier. La restriction géographique forte associée au service très ciblé induiront un nombre d’appels faible et donc la possibilité d’avoir une gestion des appels entrants “artisanales”.

    Pour conclure, il reste un dernier argument en faveur de Google: même si les petites entreprises doivent être prudentes avec ce service, il est indiscutable que ce service apportera une évolution dans le confort des internautes clients pendant leurs recherches d’informations.

    De Innovmedias

    Ces articles peuvent aussi vous intérresser:

    1. Avec l’Apps Market Place, Google démultiplie ses services innovants

    ]]>
    /google-adsense-clicktocall-a-utiliser-avec-prudence-par-les-pmes-1275/feed 0