La tendance se confirme : le modèle économique traditionnel dont la principale source de revenus était les communications voix, est attaquée de plus en plus par la VoIP.

Depuis quelques années les constructeurs de terminaux ainsi que les éditeurs de logiciels de VoIP (dont le célèbre Skype) travaillent sur des combinés mobiles permettant de substituer le trafic voix traditionnel sur le réseau GSM, par un trafic Voix IP sur Internet. Les combinés commencent aujourd’hui à être commercialisés : les téléphones UNIK de France Télécoms, Twin de Neuf Cegetel, WIFI de Free ainsi que des mobiles hors offres opérateurs contenant un module type Skype embarqué.

C’est bien d’avoir un mobile qui peut communiquer en VoIP mais encore faut il être connecté à Internet … quelles sont donc les solutions actuelles ?

- Utiliser sa connexion Edge/3G afin de passer des appels voix. Cette solution a l’avantage (si on peut parler d’avantage …) de passer par le réseau Haut Débit de l’opérateur et ainsi d’alimenter en revenue data l’opérateur, mais une avec une perte importante d’ARPU (Average Revenue Per User) inévitable

- A l’aide des nouveaux terminaux compatibles (UMA) se connecter à un réseau WIFI. Ce mode de connexion est le plus destructeur de valeur pour l’opérateur puisqu’il s’affranchit de son réseau pour communiquer.
A première vue cette solution parait marginale, puisqu’il y a peu les accès WIFI se restreignaient au sein des domiciles et à quelques hot spots souvent payant. Mais depuis peu un véritable maillage WIFI est en train de se mettre en place, notamment dans la capitale où la densité de la population permet de couvrir beaucoup de personnes avec « peu » d’émetteur WIFI.
Dans ces opérations de maillage WIFI de la capitale, sont notamment présent le réseau Ozone (60% de la couverture à Paris et s’étend actuellement à la Province), et FON (un réseau mondial dont le modèle se base sur un partage par les particuliers de leurs connexion en échange de l’accès à ce réseau). Ajouté à ces réseaux existants, en février 2007, la ville de Paris vient d’annoncer son plan de maillage WIFI avec 400 points d’accès pour un budget de 2,5 millions d’euros et 500 000 euros les années suivantes afin de couvrir les lieux public (musées, bibliothèques, parcs, …).
Notons au passage que ce marché à été attribué à SFR et Alcatel-Lucent, et avec des réponse à l’appel d’offre d’Orange et Neuf Cegetel notamment.

La possibilité de téléphoner à prix cassé en mobilité par la VoIP, en s’affranchissant du réseau opérateur, devient donc une réalité dans la capitale et nous pouvons prévoir qu’elle ne va tarder à s’étendre en Province, du moins dans les grandes agglomérations.

Selon moi, les opérateurs vont par conséquence devoir sans tarder accélérer l’évolution de leur chaîne de valeur. Sans chercher à y répondre dans cet article (je pourrais m’y essayer dans un prochain …), on peut noter quelques problématiques : lancement d’offres uniquement sur les services autour du mobile et non sur les communications, pérennité de la subvention des mobiles, positionnement des MVNO, présence des opérateurs dans les chaînes de valeurs des fournisseurs d’accès Internet en mobilité, rôle du mobile dans la convergence @Home…

A suivre …


Ces articles peuvent aussi vous intérresser:

  1. VoIP Mobile chez Bouygues Telecom, celà vous étonne ?

Tags:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>