La SNCF n’en est pas à son coup d’essai : après ses expérimentations de billets de train sur mobile, ses applications mobiles pour consulter les horaires et acheter des billets en mobilité, sa WebRadio Traffic, elle lance un pilote de Pass Navigo sous la forme d’une clé USB  avec pour nom « projet weneo pass ».

Capitalisant certainement sur les premiers retours de son pilote avec la RATP qui permettait de recharger le pass Navigo à domicile, la SNCF lance une clé USB communiquante. Tandis que dans le premier cas, l’abonné devait acheter un lecteur de carte à puce (montant ~15€), ce nouveau pilote “clé USB” laisse à l’abonné la possibilité de recharger son pass avec le matériel informatique qu’il possède.

Mais comment ça marche exactement?


Ce pilote est mis en place par la SNCF jusqu’a la fin de l’été auprès de 1000 testeurs, usagers du Transilien Ile de France:

- Chaque testeur se voit fournir une clé USB d’une capacité de 1 Go. Celle-ci embarque une puce NFC (Near Field Communication) qui permet de communiquer par onde avec les portails automatiques ou les appareils des contrôleurs, à l’instar d’un pass Navigo classique. La puce contient des informations sur l’identité du porteur de la clé ainsi que la validité de son abonnement de transports

- Le testeur accède librement au métro Parisien en approchant sa clé USB des portillons d’entrée, déclenchant leur ouverture. Jusque là, rien d’extraordinaire, le pass Navigo existant en carte réalise très bien cette même tâche

- L’innovation se trouve à l’étape du rechargement : l’usager peut acheter et charger son abonnement sur son pass (sa clé USB) depuis chez lui et non plus dans une station de métro. Il lui suffira de brancher sa clé USB sur son ordinateur et d’effectuer son rechargement sur Internet. Peu d’informations ont aujourd’hui filtré, mais j’imagine que le process de rechargement sera hyper-sécurisé.

Tout ça c’est bien beau, mais après ?

Suite à ce pilote, 3 grands axes sont notamment possibles:

1) la qualité de service n’est pas au rendez vous, mais l’opportunité commerciale est jugée intéressante, la SNCF reverra alors sa copie en reproposant un pilote, à Paris ou ailleurs.

2) le pilote est considéré comme un succès, un modèle économique rentable est trouvé, et la SNCF décide de commercialiser cette innovation de façon gratuite ou payante. J’imagine alors quelques gains à court terme : baisse de l’engorgement du traffic au guichet en début de mois et possibilité d’acheter à distance ses déplacements sur le réseaux de transport intra-urbain, impliquant ainsi naturellement une baisse du taux de fraude. N’oublions pas aussi le  gain d’image innovante du transporteur, stratégique puisque la SCNF est depuis peu en concurrence sur les lignes internationales et dans quelques années le sera sur les lignes nationales.

3) Le pilote n’est finalement qu’une étape test de plus validant la commercialisation d’autres offres innovantes, comme le paiement et l’utilisation de son pass transport avec son mobile.

Alors, tous avec une clé USB en permanence dans la poche d’ici peu ?

De Innovmedias


Ces articles peuvent aussi vous intérresser:

  1. La SNCF s’installe sur le mobile avec son nouveau service SNCF Radio

Tags: , , , ,

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>